Chronique Aviation > 1910 - 1930

Chronologie

< 1890 - 1910
1930 - 1950 >

Bordeaux, 4 Janvier 1910

Léon Delagrange perd une aile et se tue, à bord de son monoplan Blériot XI.


New York, 29 Mai 1910

Glenn Curtiss a survolé le fleuve Hudson dans son Albany Flyer. Effectuant en 2h51min les 245 km qui séparent Albany et New York.


San Francisco, 18 Janvier 1911

Eugene Ely est le premier aviateur à avoir posé son appareil sur un navire. Décollant du terrain de Tanforan, aux commandes de l'Albany Flyer modifié de Curtiss, il vient droit sur l'USS Pennsylvania qui est ancré à 19 km dans la baie de San Francisco.


Saint-Malo, 4 Septembre 1911

Record d'altitude pour Roland Garros : 3910 m.


Pasadena, 5 Novembre 1911

En 55 jours, Rodgers traverse les USA : 6950 km.


France, 16 Avril 1912

L'Américaine Harriett Quimby s'envole de Douvres, le 16 avril, à 5 h 35 min, à bord d'un monoplan Blériot, pour atterrir à Hardelot, à une trentaine de kilomètres de Calais, à 6 h 30 min. Elle est la première femme à réussir la traversée aérienne de la Manche.


Friedrichshafen, 31 Décembre 1912

Le fameux dirigeable du compte Ferdinand Von Zeppelin a transporté plus de 8000 passagers depuis son premier vol, en 1908. Il y a deux ans, le comte Von Zeppelin, ancien général de cavalerie, a confié l'exploitation de ces lignes à la société Delag. Ses dirigeables règnent en maîtres dans le ciel Allemand.


Bizerte, 23 Septembre 1913

Garros a réussi la traversée de la Méditerranée.Il est 5h47 à Fréjus-Saint-Raphaël, quand le Morane-Saulnier est lâché. Lourd de ses 8 heures de combustible, il roule longtemps avant de s'élever. Dès que Roland Garros atteint 1500 m, il aperçoit la Corse droit devant lui. Vers 7h20, un bruit sinistre secoue tout l'avion. Le moteur tourne encore, mais il y a une déchirure sur le capot, et il en sort des gouttes d'huile que le vent lui lance à la figure. Une heure s'écoule, Ajaccio est en vue, le moteur tourne encore. La Sardaigne n'est pas loin et un mécanicien se trouve à Cagliari. Il fonce vers le sud. La Sardaigne est couverte de nuages, il doit descendre à 800 m, puis à 600. A Cagliari, aucun signal au sol du mécanicien. Dilemme. Garros a une heure de retard, la réserve de carburant est utilisée. Il décide de poursuivre et grimpe lentement vers 3000 m où la consommation sera réduite. Deux heures plus tard, il aperçoit des torpilleurs. Il coupe l'allumage et tombe vers la mer. A 300 m, la côte se dessine. Il remet le moteur en marche et atteint le champ de manoeuvre de Bizerte.


Saint-Pétersbourg, 11 Juillet 1914

Saint-Pétersbourg - Kiev, soit 2560 km en 10h30 min, accompli par le constructeur Igor Sikorsky aux commandes de son Ilia-Mourometz et avec des passagers à bords.


France, 4 Septembre 1914

Les aviateurs observent l'avance allemande.


France, 1er Avril 1915

Après 3 mois de recherches, Roland Garros a mis au point une hélice de forme spéciale permettant le passage des balles de la mitrailleuse située derrière elle.


Chelm (Pologne), 21 Juin 1916

Une panne de moteur a mis un terme à l'incroyable exploit du lieutenant Anselme Marchal. Après avoir fait spécialement équiper un Nieuport pour tenir l'air quatorze heures, Marchal s'est envolé hier soir de l'aéroport de Nancy en direction de l'Allemagne. A trois heures du matin, il est passé au-dessus de Berlin, où il a jeté une pluie de tracts, puis il a continué sa route vers la Russie. Malheureusement, une panne l'a obligé d'atterrir près de Chelm, à moins de cent kilomètres de la frontière. L'aviateur a été fait prisonnier. Avec son appareil, Marchal aura couvert 349 km de plus que le précédent record du monde de distance.


Seattle, 15 Juillet 1916

Il est négociant en bois et s'appelle Boeing ; il possède un avion, baptisé Bluebill, et une compagnie, Pacific Aero Products. La ville de Seattle, dans l'état de Washington, va peut-être devenir, grâce à lui, un centre de l'aviation.


Lagnicourt, 28 Octobre 1916

Disparition de deux grands as allemands : Max Immelmann (le 28 Juin 1916), surnommé par ses camarades l'Aigle de Lille et le pilote allemand Oswald Boëlcke, titulaire de quarante victoires.


Front Ouest, 30 Avril 1917

Le Baron rouge fait des ravages. Les français savent de quoi ils parlent lorsqu'ils surnomment l'Allemand Manfred von Richthofen le Baron rouge. Rouge sang comme l'Albatros D1 qu'il pilote en ce mois meurtrier. Au cours du mois, il a abattu à lui seul vingt et un avions anglais.


France, 21 Avril 1918

Manfred von Richthofen, le Baron rouge, a rejoint ses victimes dans la mort.


Thurso, 23 Mai 1919

Ils voulaient être les premiers à traverser l'Atlantique au moyen d'un appareil autre qu'un hydravion : les Anglais Harry Hawker et Kenneth Mackenzie Grieve ont failli payer de leur vie cette ambition.


Cape Town, 20 Mars 1920

Deux pilotes de la RAF, le Capitaine Brand et le lieutenant-colonel Van Ryneveld, ont rallié l'Afrique du Sud. Ils sont partis de Brooklands dans le Surrey et il leur a fallu 45 jours et trois appareils pour pouvoir joindre Wynberg où ils ont atterri aujourd'hui.


Dakar, 31 Mars 1920

Après un périple mémorable, seul le Bréguet 16 du Commandant Vuillemin et du Lieutenant Chalus a atterri à 10h30 à Dakar. Le raid aura coûté la vie au Général Laperrine. Passager dans un des appareils du groupe Rolland, il est mort dans un accident lors d'un atterrissage forcé dans le désert. Le pilote Dagnaux, lui, a été retrouvé. Depuis Villacoublay, Vuillemin et Chalus ont parcouru 6630 km en 21 étapes, traversant la Méditerranée par les Baléares.


Mont Blanc, 30 Juillet 1921

C'est un Suisse de Genève, François Durafour, qui aura finalement réussi cette première : un atterrissage sur le plus haut sommet des Alpes, le Mont Blanc. L'avion a pu se poser sur le vaste champ de neige au col du Dôme.


Etats-Unis, 4 Septembre 1922

Il n'a que 25 ans et c'est déjà un héros. Le lieutenant James Harold Doolitlle, dit Jimmy, vient de réaliser un vol historique : il est le premier à avoir traversé les Etats-Unis d'est en ouest en moins de 24 heures. Sur un parcours total de 3480 km, Doolittle n'a fait qu'un seul arrêt, à Kelly Field, au Texas, pour se ravitailler en carburant. Il s'est posé à San Diego en Californie, 21 heures et 19 minutes après avoir quitté la Floride.


France, 31 Mars 1924

Un avion qui contrôle son vol, c'est la fin de la fatigue et de l'attention permanente des pilotes qui surveillent et corrigent les attitudes de la machine. Deux méthodes sont rassemblées pour faire voler l'avion par lui-même : un appareil contrôle le vol stable et un autre le dirige au moyen d'un faisceau hertzien établi au sol. Les stabilités horizontale et transversale sont assurées par un groupe de gyroscopes qui réagissent suivant les lois de l'inertie. La résultante de ces commandes est transmise aux gouvernes de l'avion par un système de câbles et de moteurs électriques. Le pilote peut agir sur une molette pour indiquer le cap choisi. Ainsi dégager du pilotage manuel, il peut concentrer son attention sur le fonctionnement des moteurs. Les premiers essais d'un avion à pilotage automatique datent de 1918 avec les travaux du capitaine Max Boucher qui, dès juillet 1917, a fait décoller et atterrir un avion sans l'aide du pilote. Encouragé par le général Ferrié, il constitue une équipe à Etampes afin de poursuivre ses expériences pour le compte du ministère de la Guerre. Il doit faire à la concurrence de la marine, qui travaille de son côté à un projet similaire.


Seattle, 28 Septembre 1924

Pour la première fois, des avions viennent d'accomplir un tour du monde. Cinq mois et demi après leur départ de Seattle, le Chicago et le New Orleans, les deux World Cruiser rescapés de cet extraordinaire périple, ont regagné leur point de départ, acclamés et fêtés par une foule de 50000 personnes. Commandés par les lieutenants Lowell H. Smith et Leslie P. Arnold, les appareils ont parcouru 49561 km en 371 heures et 11 minutes de vol, réalisant ainsi une moyenne de 125 km/h.


Etampes, 9 Août 1925

Maurice Drouhain et Jules Landry sont les héros du jour. A bord du Goliath monomoteur F62, ils ont établi un double record du monde : celui de distance en circuit fermé avec 4400 km, et celui de durée avec 40 h 12 min 12 sec de vol ininterrompu. A 3 h ce matin, ils se posent alors qu'il ne leur reste que 10 litres de carburant. Quant au constructeur Henri Farman, il améliore ainsi son record de durée de plus de deux heures.


New York, 20 Mai 1927

Charles Lindbergh a décollé, faisant fi des conditions météorologiques. Et, jusqu'à la dernière minute, la question est restée posée : qui partira le premier de Lindbergh, Chamberlin ou Byrd? Depuis dix jours, les trois concurrents attendaient à Roosevelt Field, presque côte à côte, un signe favorable de la météo. Cette nuit même, inquiet de se faire doubler, Lindbergh décide de partir. L'ultime vérification de l'avion est entreprise. Les réservoirs sont remplis. Le carburateur est alimenté en air chaud. La graisse qui protège certains endroits de l'appareil est enlevée. Un bref repos, puis Lindbergh s'élance sur la piste. Le Spirit of Saint Louis roule, hésite, et, enfin, s'élève dans le ciel en direction de Paris.


Le Bourget, 21 Mai 1927

Charles Lindbergh traverse l'Océan Atlantique.Il est 22h22 à Paris ce samedi quand Lindbergh se pose sur le terrain du Bourget encombré d'une foule incroyable, informée de son arrivée depuis qu'il est passé au-dessus des côtes normandes. Depuis 33 heures et 30 minutes que le moteur, un Wright de type J-5, l'assourdit dans le petit cockpit du NX-211 ; il ne sent plus la fatigue, elle a fait place à l'excitation. Il a rencontré pendant le vol toutes les conditions possibles. Givrage avec descente au ras des flots, nuages bas et un peu de ciel clair. Le contrôleur de vol, créé par le français Badin, ainsi que les indicateurs de virage et de pente transversale lui ont permis de piloter sans regarder dehors. Il est passé en Irlande au point prévu. Le prix Orteig est bien gagné.


Australie, 10 Juin 1928

Charles Kingsford-Smith et le second pilote Charles T. P. Ulm, tous deux australiens, et deux Américains - le navigateur Harry W. Lyons et le radio J. W. Warner - décollent d'Oakland (Californie) le 31 mai en direction de l'Australie, à bord du Fokker Southern Cross. Après deux escales - à Honolulu et aux îles Fidji -, ils réussissent leur traversée de l'océan Pacifique en atteignant Brisbane (État du Queensland, Australie) le 9 juin et Sydney le lendemain, au terme d'un vol de 83 h 35 min. Kingsford-Smith récidivera, mais en sens inverse, entre le 19 octobre et le 5 novembre 1934, avec le Lockheed Altair Lady Southern Cross et un vol effectif de 51 h 49 min.



Faites découvrir ce site

©2000-2019 Olivier
Tous droits réservés
CNIL : 844304

174 messages dans le Livre d'or.
854 commentaires vidéos.
Le nombre max de connectés : 127 le 27 Septembre 2007 à 22:02:33
-- 12 connectés --

Version Mobile Tweeter Partagez moi sur Viadeo Partagez moi sur Facebook
FR EN DE IT SP PO NL