Dossiers Avions > Mirage F1

Mirage F1 --- Dossier

< Mirage 2000
Mirage III >

Mirage F1

Voir la version PDF de cette page

Mirage F1 Au vu des importantes ventes à l'exportation dont il a fait l'objet, il paraît assez difficile de croire que le Mirage F1 fut choisi par l'armée de l'Air après bien des hésitations et qu'il constitua en fin de compte une initiative privée de la firme Dassault. Conçu afin d'assurer la relève des Mirage III et 5, le Mirage F1 est, malgré son appellation, très différent de ses prédécesseurs. Bénéficiant d'une aérodynamique nouvelle et d'une avionique moderne, il constitue un excellent appareil de combat qui a été testé à plusieurs reprises en opération par les forces aériennes irakienne et marocaine ainsi que par la South African Air Force. Utilisée par de nombreux pays de par le monde, sept machines polyvalentes et puissantes forment l'armature de plusieurs aviations militaires.Au cours des années 60, alors que la production du Mirage III atteignait des sommets, l'armée de l'Air s'appliquait à définir une machine de combat capable de prendre la suite de l'avion à aile en delta de Dassault. Ce dernier s'intéressait à l'époque à deux concepts futuristes : le décollage et atterrissage verticaux d'un côté, et la voilure à flèche variable de l'autre. S'orientant dans un premier temps vers l'avion à décollage et atterrissage verticaux, les responsables aériens français s'intéressèrent par la suite à un appareil à géométrie variable ; mais, confrontés à des coûts financiers considérables et aux inévitables délais inhérents à la réalisation d'appareils complexes, ils durent renoncer à ces deux types de machines. L'armée de l'Air se retrouvait donc sans successeur du Mirage III digne de ce nom.

Le Mirage G (à l'origine Mirage IIIG) à géométrie variable devait être propulsé par un réacteur à double flux SNECMA TF306 testé sur le Mirage IIIT. Mais, du fait de sa configuration en delta, qui posait des problèmes de maniabilité aux basses vitesses, Dassault sélectionna un autre appareil, le Mirage F.2 (au départ Mirage IIIF2), pour étudier ce domaine de vol. Formé d'un fuselage de Mirage G et d'une voilure ainsi que d'empennages conventionnels, le Mirage F.2 aurait pu, aux yeux de l'état-major aérien français, constituer un bon avion de transition entre le Mirage III et la génération prévue d'appareils de combat à géométrie variable. Dassault, qui ne partageait pas ce point de vue, considérait qu'une machine de dimensions inférieures conviendrait mieux à l'armée de l'Air et à d'éventuels clients extérieurs.

Partant de l'étude du Mirage IIIE2, un appareil à empennage horizontale dérivé des avions à aile en delta de première génération, le constructeur français entreprit de transformer le Mirage F.2 en un monoplace équipé d'un réacteur Atar plus puissant. Baptisé Mirage F1, le nouvel avion effectua son vol initial, sous la forme d'un prototype, à Melun-Villaroche, le 23 décembre 1966. Moins de un mois plus tard, l'armée de l'Air envisagea de passer commande d'une centaine d'exemplaires d'une version d'interception pratiquement identique. Ayant accepté le Mirage F1 en mai 1967, l'état-major de l'armée de l'Air demanda, malgré la destruction du premier avion dans un accident quelques jours auparavant, la construction de trois autres prototypes.



Conception plus moderne

Mirage F1 Produit en plusieurs versions spécialisées destinées à l'interception et à l'attaque, l'avion commandé en 1967 représentait l'aboutissement de divers programmes d'améliorations entamés depuis la réalisation des premiers Mirage à aile en delta. Une voilure répondant à cette technologie présente de nombreux avantages : le principal concerne l'épaisseur relative de sa corde (en moyenne 4 %), bien adaptée au vol à grande vitesse. Parmi les désavantages que présente cette formule figurent une vitesse et un cabré trop importants à l'atterrissage, l'impossibilité dans laquelle se trouve le pilote de voler d'une façon stable sous des angles d'attaque élevés, et des courses de décollage et d'atterrissage relativement longues.

Pendant les années 60, les avionneurs étaient capables de construire à un prix raisonnable des voilures classiques minces qui bénéficiaient de l'épaisseur relative voulue et qui pouvaient être dotées de dispositifs d'hypersustentation et de manoeuvre bien adaptés aux évolutions aux grandes et aux basses vitesses. D'autres améliorations extérieures et intérieures permirent de réduire de 23 % la course de décollage et de 20 % la vitesse d'approche du Mirage F1, dont le poids brut était cependant supérieur de 2500 kg à celui du Mirage IIIE et dont la surface alaire était moins importante de 10 m². La manoeuvrabilité du nouvel avion était plus élevée de 80 % par rapport au Mirage IIIE.

De construction entièrement métallique, la voilure de l'appareil est constituée de deux caissons de torsion formés d'éléments soudés mécaniquement ou chimiquement. Affichant une flèche de 47° 30', chaque aile comporte un décrochement aux deux tiers du bord d'attaque. Pour accroître la portance au décollage et à l'atterrissage, les ingénieurs de chez Dassault ont équipé l'appareil de becs de bord d'attaque courant sur toute l'envergure, commandés au moyen d'un dispositif hydraulique par le pilote ou s'abaissant automatiquement en combat aérien. Le bord d'attaque de la voilure est doté de volets à double fente fonctionnant différentiellement et de déporteurs sur les sections intérieures, les sections extérieures étant occupées par des ailerons.

Le fuselage semi monocoque est lui aussi de construction entièrement métallique. Les raidisseurs et les panneaux étanches sont soudés électriquement, alors que les autres éléments sont solidarisés par des rivets noyés en titane. Des aérofreins perforés ont été mis en place sous chacune des deux entrées d'air, et les stabilisateurs horizontaux sont monoblocs. L'habitacle, pressurisé et doté de l'air conditionné, est équipé d'un siège éjectable Martin Baker qui, lorsqu'il est actionné, passe au travers d'une verrière fragilisée.

La propulsion du Mirage F1 est assuré par un turboréacteur SNECMA Atar 9K50, dont la poussée avec réchauffe atteint 7200 kg, alors que l'Atar 9C3 du Mirage IIIE bénéficie d'une poussée de 6000 kg. Les ailes abritent des réservoirs structuraux de 375 l, et le fuselage en comprend quatre autres dont la capacité totale atteint 3925 l. En outre, l'avion peut emporter des réservoirs extérieurs RP35 de 1200 l. La version F1-200 est pourvue d'une perche de ravitaillement en vol fixée sur le flanc droit du fuselage, en avant du pare-brise (les F1B de l'armée de l'Air peuvent recevoir une perche factice destinée à l'entraînement des pilotes aux techniques du ravitaillement en vol).



Les versions du F1

Mirage F1 Grâce au système de maintenance automatisé SDAP, qui permet d'effectuer en piste, en un temps très bref (moins d'une quinzaine de minutes), la vérification complète des systèmes de navigation et d'armement, le Mirage F1 bénéficie d'une importante capacité opérationnelle. Le ravitaillement en carburant, qui s'effectue au moyen d'un dispositif fonctionnant par gravité, prend à peine six minutes. Quant au système d'alerte GAMO, il a été conçu pour maintenir l'appareil en permanence en état de décollage immédiat. Ce système se présente comme un petit véhicule autotracté qui assure la fourniture des courants électriques appropriés pour le préchauffage des systèmes de navigation et d'armement, pourvoit au refroidissement du radar, est utilisé pour le conditionnement du poste de pilotage et comporte un bras télescopique articulé à l'extrémité duquel se trouve un parasol protégeant le pilote en alerte des radiations solaires directes. Quand le signal est donné, ce dernier n'a plus qu'à mettre en route le réacteur, ce qui entraîne le repliage du parasol ainsi que l'arrêt du conditionnement d'air et du refroidissement du radar.

La première des versions du Mirage F1 à entrer en service fut l'intercepteur tout temps F1C, dont le principal capteur est le radar de conduite de tir Thomson-CSF Cyrano IV, utilisable à toutes les altitudes et dans tous les domaines vol. Les autres équipements électroniques embarqués à bord de ce modèle sont un pilote automatique SFENA 505 et un collimateur tête haute CSF, qui présente au pilote les données de vol et les informations concernant la conduite du tir. La version d'exportation Mirage F1E, quant à elle, est pourvue d'un radar Cyrano IVM d'une technologie plus avancée, travaillant en modes cartographique, de télémétrie et de poursuite.

Capables d'effectuer des missions d'interception et d'interdiction, le Mirage F1E bénéficie également une plate-forme de navigation inertielle Kearfott 40, d'un calculateur de navigation et d'attaque ESD 182, et d'un collimateur cathodique tête haute VE120. Les clients qui le souhaiteraient peuvent équiper leurs appareils d'un radar Doppler de navigation et d'un télémètre à laser. Le Mirage F1E de série ne doit pas être confondu avec un avion qui vola pour la première fois avec un réacteur SNECMA M53 en décembre 1953 sous la même désignation. Dans ce cas, la lettre E signifiait Europe, l'appareil ayant été réalisé en vue de sa participation à une compétition qui l'opposa notamment au General Dynamics F-16, dans le cadre de ce qu'on appela le marché du siècle. Proclamé vainqueur, le Fighting Falcon allait être acquis par la Belgique, le Danemark, les Pays-Bas et la Norvège. Une mention particulière doit être également faite de la variante du Mirage F1E produite pour le compte de l'Irak sous la dénomination de F1EQ5. Au lieu du radar Cyrano, ce modèle est doté d'un Thomson-CSF Agave adapté à l'attaque maritime, qui permet d'ailleurs au Super Etendard, sur lequel il est aussi monté, de détecter des objectifs contre lesquels peuvent être tiré des missiles anti navires AM.39 Exocet.

De son côté, le Mirage F1A est une version d'attaque simplifiée bénéficiant d'une capacité en carburant plus importante mais dotée d'équipements moins nombreux. Les principales caractéristiques de ce modèle sont l'absence du radar Cyrano, qui donne au nez une configuration conique, et la mise en place, dans un radôme de petites dimensions, d'un radar télémétrique ESD Aïda 2. Optimisé pour les opérations de jours et n'ayant pas de capacités d'interception très étendues (il peut être pourvu de missiles à autodirecteur à infrarouges), le F1E emporte un système d'armes spécialisé pour l'attaque au sol qui se compose d'un radar Doppler de navigation ESD, d'un dispositif de visée à laser Thomson-CSF, d'une centrale de navigation inertielle SFIM, d'un écran à carte défilante, d'un collimateur tête haute Thomson-CSF 129 et de deux calculateurs, un Thomson-CSF et un Crouzet. Le Mirage F1A peut détecter une cible distante de 5 km et effectuer une course de bombardement automatique dans sa direction.

C'est pour répondre à une demande de l'armée de l'Air concernant la réalisation d'un appareil destiné à prendre la suite du Mirage IIIR que Dassault produisit le Mirage F1CR. Cet appareil se caractérise par un radar Cyrano IVMR et une centrale de navigation inertielle ULISS 47, qui lui confère une très grande précision pour des missions de reconnaissance ainsi que des capacités secondaires d'attaque. Reconnaissable au carénage de sa soute à caméras, situé en avant de la roulette de nez, le Mirage F1CR peut être équipé d'une caméra panoramique OMERA 40 et d'un système de balayage à infrarouges SAT Super Cyclope. Quatre nacelles de capteurs peuvent être mises en place sous le fuselage, et l'armée de l'Air a envisagé l'acquisition du dispositif HAROLD, avec une caméra à longue portée (1700 m), et du système RAPHAEL.



Options d'armements

Mirage F1 Comme il l'a fait pour les lignes précédentes du Mirage, Dassault met à la disposition des utilisateurs du F1 une vaste panoplie d'armes, dont des canons DEFA-553 de 30 mm approvisionnés à raison de 135 obus chacun. Quant au F1B, il peut être équipé, en cas de besoin, de canons en nacelles. La charge offensive de 6300 kg que l'avion peut emporter est répartie sur des pylônes de fuselage et de voilure, et les points d'attache situés aux extrémités des ailes sont occupés par des missiles Matra R.550 Magic. En mission de combat aérien, ces engins sont complétés par deux Matra R.530 ou super 530. Les Mirage F1 français sont essentiellement employés pour des tâches d'interception, mais la version de reconnaissance possède des capacités d'attaque secondaires. Les appareils destinés à l'exportation peuvent être dotés de 14 bombes de 113 ou de 227 kg, ou bien de huit armes antipistes Durandal de 363 kg, ou bien encore, au choix, de quatre bombes en grappes Beluga, de deux LGB et d'un désignateur à laser, ou d'un missile Aérospatiale AS.30L et d'un engin antinavire Exocet.

La production destinée à l'armée de l'air comprend 168 exemplaires du Mirage F1C, dont 83 Mirages F1C-200 pourvus d'une perche de ravitaillement en vol, 20 Mirages F1B d'entraînement biplaces et 43 Mirage F1CR de reconnaissance. Entré en service à partir de 1973, le Mirage F1C équipe huit escadrons intégrés dans le commandement air des forces de défense aérienne (CAFDA), tandis que le Mirage F1CR sert dans la 33e escadre de reconnaissance. En outre, 18 Mirages F1B et trois Mirages F1C sont utilisés par l'escadron de chasse 3/5 Comtat-Venaissin, basé à Orange, pour l'entraînement, la transformation et la formation des instructeurs. Les principaux clients du Mirage F1 sont : l'Équateur, la Grèce, l'Irak, la Jordanie, le Koweït, la Libye, le Maroc, le Qatar, l'Afrique du Sud et l'Espagne.

Les Mirage F1 marocains ont été engagés au combat pour la première fois contre les forces du Polisario, à partir de la fin des années 70, dans l'ancien Sahara espagnol. Au moins trois de ces appareils ont été abattus par des missiles sol air. L'Afrique du Sud, quant à elle, a utilisé ses Mirages F1 contre l'Angola et le Mozambique. Plus récemment, l'Irak a engagé des avions de ce type armés d'Exocet contre les installations pétrolières iraniennes.

Voir la version PDF de cette page


Faites découvrir ce site


©2000-2017 Olivier
Tous droits réservés
CNIL : 844304

188 messages dans le Livre d'or.
854 commentaires vidéos.
Page générée en 0.006352186203s.
Le nombre max de connectés : 127 le 27 Septembre 2007 à 22:02:33
-- 1 connecté --


www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web. annuaire gratuit Référencement aviation AVIATION TOP 100 - www.avitop.com Avitop.com
Referencement GoogleCe site est listé dans la catégorie Loisirs : Aviation Dictionnaire


Votez pour mon site.


Référencement garanti REFINDEX dans ces annuaires :
annuaire libertin
SurfWeb Annuaire
Tout le Net
Annuaire Shiatsu
YOP ANNUAIRE
Annuaire d'Anaïs
Yolanda Annuaire
megagraphs - annu
REFNEW referencement gratuit
Annuaire Alré Concept Web
Backlink référencement
top.referencement
yanloannuaire
Annuaire Simplifyweb
L'Annuaire des Sites Web
AkaTrouver
Le meilleur du web
Annuaire Atout Prof
Meilleurs Sites
mes sites mon business
Lorraine Dom@nnuaire France
Rhone Alpes Annuaire Gratuit
Annuaire de Stephanie
JwebAnnuaire
referencement site annuaire
Annuaire de Roussillon66.com
annuaire moto egreenteam
les bons plans du net
Evénementiel & animations
Yop Annuaire
My Ref Annuaire
Web-scrutateur
Annuaire Lior
Les Pages Web
REFINCO Réf sur + 500
.::FB Class::.
neurone.
Annuaire des artistes
Annuaire du foot
Archi Annuaire
Version Mobile Tweeter Partagez moi sur Viadeo Partagez moi sur Facebook
FR EN DE IT SP PO NL